Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Apr

La Santeria

Publié par Cornelius

Santería, ou encore Regla de Ocha, La Regla de Ifá, sont les noms donnés à Cuba à la religion syncrétique des Caraïbes qui prend son origine dans le culte du peuple Yoruba d'Afrique occidentale. Santería est aussi un mot espagnol qui signifie « le culte des saints ». En effet, cette religion vénère un panthéon de dieux africains créés à l’image des hommes. Ces divinités sont tout simplement les ancêtres. Ils sont dotés d’un savoir acquis au cours des siècles. La Santería est également influencée par le syncrétisme avec le catholicisme romain.
On a beaucoup fantasmé sur les rituels du Vaudou, dérivé haïtien des pratiques spirituelles et magiques de la terre africaine. Ce que l’on ignore souvent, c’est que les esclaves déportés vers les Amériques ont développé de nombreuses variantes de leurs cultes traditionnels en s’adaptant aux contraintes de leur nouvel environnement, la Santeria, forme la plus populaire des Caraïbes.
La Santeria est une religion peu connue en France. Elle dissimule des croyances traditionnelles africaines derrière un catholicisme de façade, à travers l'imagerie et la statuaire. En effet, les esclaves africains identifièrent leurs divinités yorubas aux saints de la religion catholique afin de pouvoir continuer à les adorer malgré l'interdiction des conquistadores.
Alors qu’ils étaient de simples esclaves asservis aux corvées les plus ardues en Amérique du Sud, devant la persistance des menaces de leurs maîtres qui voulaient à tout prix les convertir au christianisme, certains esclaves noirs ont trouvé l’idée de faire correspondre les divinités de leur panthéon à ceux de leurs maîtres pour ainsi échapper à leurs colères, bien des fois funestes. C’est ainsi qu’est née la Santeria, une religion foncièrement inspirée de celle du vaudou en Afrique de l‘Ouest (lieu de provenance des esclaves). C’est de cette façon que des croyances ancestrales africaines ont pu être conservées en Amérique du Sud sous leurs formes actuelles. On dit de la Santeria qu’elle signifie littéralement voie des Saints. Les Saints en question étant en fait les « Orisha », les divinités africaines qui composent le panthéon sous leurs appellations originelles. Chacun d’eux joue un rôle bien déterminé dans les rituels et les cérémonies.
La Santeria est pratiquée par les santeros qui adorent des divinités appelées orishas. Le prêtre a pour mission d’accomplir les désirs de chaque orisha. Ces volontés sont accomplies au travers de la divination. Selon la légende, les orishas pourraient prendre le corps des santeros afin de faire passer des messages, une sorte de possession.
Les divinités de la Santeria sont invoquées grâce à la musique, la danse, la prière, mais également des offrandes. Il faut savoir que la Santeria fait partie du quotidien des santeros. En effet, ces derniers n’hésitent pas à ériger à leur domicile, des autels pour y déposer de nombreuses offrandes tous les jours. C’est une manière pour eux de s’attirer les faveurs de leurs divinités.
La Santeria est une pratique très appréciée par les personnes se sentant seules. En effet, elle va leur apporter un soutien moral au quotidien, en leur donnant l’impression d’appartenir à une communauté à part entière. Les plus pauvres sont totalement séduits par la Santeria. Lorsque l’on devient un nouvel initié de la Santeria, vous êtes alors appelé « Lyawos ». Cette entrée dans la Santeria ne s’effectue qu’après une cérémonie et un certain nombre de rituels.
Concernant les rituels ainsi que les cérémonies de la Santeria, ils ont tous lieu dans une sorte de temple appelé « Casa de santos ». Cette « casa de santos » se trouve généralement au domicile des prêtres de la Santeria, qui en sont les constructeurs. Cet espace permet ainsi d’obtenir un autel pour les offrandes et tout ce qu’entraîne la Santeria. Sur cet autel figurent trois trônes différents dont un représentant le siège des reines, l’autre celui des rois, puis le dernier est consacré aux guerriers défiés'

La Santeria
Commenter cet article

À propos

Lifestyle by Cornelius